Les blessures les plus courantes au jiu-jitsu brésilien

281
0
Partager sur les réseaux :

Dans cet article divisé en deux parties, nous allons voir quelles sont les blessures les plus courantes lors de l’entraînement au Jiu-Jitsu brésilien. La première partie examine les cinq parties du corps les plus couramment blessées lors des sessions d’entraînement au Jiu Jitsu brésilien. La deuxième partie se penche sur ce que ces cinq parties ont en commun et comment une cause sous-jacente unique peut être responsable de leur survenue beaucoup plus fréquemment qu’elles ne le devraient.

Les différents types de blessures

Avant d’entrer dans la première partie du sujet, il est important de noter qu’il existe deux types distincts de blessures qui surviennent dans le Jiu Jitsu brésilien :

Les blessures musculaires

Ce type de blessure peut être extrêmement douloureux, mais les dommages sont localisés. Ces blessures guérissent également relativement rapidement. Par exemple, lorsque vous vous déchirez un muscle du dos, c’est votre dos qui fait mal. Avec les soins appropriés, ce type de blessure peut guérir en quelques semaines, voire parfois en quelques mois.

Les blessures aux ligaments, tendons ou nerfs

Le deuxième type de blessure est beaucoup plus grave. Dans certains cas, ces blessures surviennent instantanément, comme lorsque quelqu’un étire exagérément son genou et déchire son ligament croisé antérieur (LCA). Dans d’autres cas, la blessure initiale peut ne pas être très douloureuse, mais elle peut entraîner une blessure plus grave si elle n’est pas laissée le temps de guérir.
Dans le cas d’une blessure nerveuse, on va généralement ressentir une douleur à la jambe. Au départ, elle apparaît comme une blessure mineure du quadriceps par exemple et que l’entraînement est possible malgré la douleur. Avec le temps, la douleur va devenue si intense qu’il est possible de ne plus pouvoir marcher. Souvent il s’avere que c’est un disque a été hernié au niveau de la colonne vertébrale, et qui va venir comprimait le nerf qui descend le long de sa colonne vertébrale jusqu’à la jambe. Dans ce genre de cas; souvent la chirurgie est la seule option ; à laquelle doit suivre une longue période de récupération et de rééducation sans entraînement.

Causes courantes : Écrasements, torsions de la colonne vertébrale, hyperextension pendant la prise du dos.

Les blessures au bas du dos sont les plus courantes dans le Jiu-Jitsu. De nombreux combattants de Jiu-Jitsu utilisent les muscles de leur région pelvienne lorsqu’ils combattent, notamment lorsqu’ils sont en position de garde. Si quelqu’un est nettement plus gros qu’eux et pousse leur corps de manière maladroite dans cette position, cela peut très facilement entraîner une déchirure musculaire dans le bas du dos ou faire sortir un disque de la colonne vertébrale de sa place.

Le cou

Causes courantes : Écrasements, prises de cou/opérations de cou, appui avec la tête.
Les blessures au cou sont également très courantes en Jiu-Jitsu. Cela se produit lorsque les combattants se retrouvent dans une position inconfortable lorsqu’ils sont écrasés profondément, lorsqu’ils essaient de se libérer d’une prise de cou ou lorsqu’ils appuient avec leur tête pour éviter d’être renversés.
En cas de blessure, il est essentiel de déterminer rapidement si la blessure est musculaire ou si un disque s’est déplacé. Si la blessure rend difficile la rotation du cou, il s’agit probablement d’une blessure musculaire. Si la blessure est suivie de picotements ou de sensations de tiraillement dans le bras et les doigts, il s’agit probablement d’une lésion nerveuse due à un disque déplacé.
Comme mentionné ci-dessus, la douleur nerveuse est beaucoup plus grave. Toute personne présentant ces symptômes devrait immédiatement cesser de s’entraîner et consulter un médecin.

Les genoux

Causes courantes : Clés de jambe et balayages.
Les blessures au genou ont tendance à affecter soit les muscles, soit les ligaments qui stabilisent les genoux. Les blessures musculaires surviennent généralement lorsque l’on tombe trop fort sur le tapis ou en raison de contusions. Les blessures aux ligaments se produisent généralement lorsque le genou d’un combattant est en hyperextension, puis une pression supplémentaire est exercée sur l’articulation.
Les blessures musculaires peuvent être douloureuses, mais elles ont tendance à guérir relativement rapidement. Une déchirure du ligament peut être beaucoup plus grave. En cas de déchirure partielle, cela signifie que les fibres sont encore connectées et que la guérison est possible avec du repos. Dans le cas d’une déchirure totale, les ligaments ont été sectionnés et ne pourront pas se souder sans chirurgie. Cela peut signifier des mois, voire des années, de rééducation.

Les épaules

Causes courantes : Prises, clés de bras et compressions.
Les blessures à l’épaule peuvent survenir lorsque les combattants ne gardent pas leurs coudes serrés. S’ils pendent mollement sur les côtés, le combattant est exposé à une attaque de bras. Si le combattant résiste, cela peut exercer beaucoup de pression sur l’épaule et, dans certains cas, provoquer une blessure. De même, si un combattant tire trop agressivement et que son adversaire s’éloigne trop, cela peut entraîner un poids et une force considérables qui tombent directement sur l’épaule.
Comme l’épaule est une articulation à rotule, elle nécessite de nombreux muscles et ligaments stabilisateurs pour fonctionner correctement. Lorsqu’un de ces muscles ou ligaments est blessé, cela peut provoquer raideur et douleur. Lorsqu’un de ces muscles ou ligaments est déchiré, la blessure peut être grave, en particulier s’il s’agit d’une déchirure totale.

Les oreilles

Causes courantes : Prises et lutte
L’oreille en chou-fleur est pratiquement inévitable si vous passez vos journées à lutter. Plus que tout autre chose, c’est le moyen le plus facile de repérer un combattant de Jiu-Jitsu, de MMA ou de lutte dans une foule. Cependant, il est possible d’éviter que l’oreille en chou-fleur ne devienne incontrôlable.
Les cas les plus graves d’oreille en chou-fleur ne se produisent pas d’un seul coup. Ils commencent lorsque quelqu’un déchire le cartilage de son oreille. Cela peut se produire lorsque quelqu’un frappe violemment le tapis ou qu’il enfonce son oreille contre le côté de l’adversaire à plusieurs reprises. Cela provoque un afflux de sang dans l’oreille. Sans un drainage approprié, ce sang finit par se solidifier.
Au début, ce n’est pas très visible, ça donne juste un style. Si l’oreille n’est pas drainée, cependant, le sang durcit, puis le sang des blessures ultérieures se solidifie par-dessus. Il devient de plus en plus gros, presque comme une hideuse callosité.

Pour éviter les cas graves d’oreille en chou-fleur, vous avez trois options.

  1. Reposez-vous et commencez à drainer l’oreille quelques jours après la blessure. Le drainage permet au sang stagnant de partir et au nouveau sang oxygéné de s’écouler. Au fil d’une semaine ou deux, la quantité de sang provenant de l’oreille diminuera jusqu’à ce que l’oreille redevienne normale. (Remarque : cela ne fonctionne que si vous vous reposez et évitez de vous blesser à nouveau.)
  2. Portez des protections pour les oreilles. Cependant, les protections pour les oreilles n’aident qu’à prévenir les blessures. Porter des protections pour les oreilles après une blessure ne fera qu’aggraver la blessure.
  3. Soyez moins agressif lors des sessions d’entraînement.

Pourquoi les blessures se produisent en JJB

Ce troisième point est important non seulement pour éviter le fléau de l’oreille en chou-fleur, mais aussi pour aider à maintenir la santé et l’intégrité des bas du dos, cous, genoux et épaules de chacun sur les tatamis.
Si l’on examine la raison derrière la plupart des blessures en Jiu-Jitsu, ce n’est pas en raison de la violence inhérente à la lutte, du manque de technique ou du fait que certains combattants ne connaissent pas leur propre force. C’est parce que l’ego des combattants les pousse à être plus intenses et plus agressifs qu’ils ne le devraient.
Il faut considérer le combat à l’entraînement comme un jeu de tir à la corde avec un élastique. Si vous tirez fort et que votre partenaire suit, l’élastique s’étire, mais il ne se casse pas. Si votre partenaire tire fort et que vous suivez, encore une fois, l’élastique s’étire sans se casser. Cependant, si vous et votre partenaire tirez fort en même temps dans des directions opposées, l’élastique se casse.
Plus que la symbolique de votre propre ligament, tendon ou muscle ou de celui de votre partenaire, la leçon ici est de reconnaître que les sessions d’entraînement sont destinées à être des exercices d’entraînement. Vous devriez vous concentrer sur l’amélioration de la technique, pas sur la domination de votre adversaire.
Les combattants doivent être maîtres de leur ego et savoir quand ralentir. Cela ne préviendra peut-être pas toutes les blessures, mais cela aidera beaucoup plus de combattants à rester en bonne santé.

L’importance de contrôler son ego en JJB

Le contrôle de l’ego vous donne la capacité de reconnaître que vous êtes faillible. Vos adversaires peuvent parfois vous surpasser. Vous pouvez perdre.
Cela est particulièrement vrai avec votre partenaire d’entraînement. Même si vous vous considérez comme un maître et votre partenaire comme un débutant, il peut vous surprendre et vous mettre dans une prise à laquelle vous ne vous attendiez pas. Vous avez alors deux choix :

  1. Reconnaissez que vous êtes battu, abandonnez et apprenez de votre erreur.
  2. Battez-vous comme un diable pour vous en sortir.

Ceux qui optent pour le premier choix lors des combats d’entraînement peuvent froisser un peu leur ego, mais ils pourront rapidement se relever une fois la session terminée. Ils se battront un autre jour. Plus important encore, ils seront probablement en mesure de s’entraîner régulièrement et de rester au sommet de leur forme car ils ne seront pas fréquemment écartés en raison de blessures.

Ceux qui optent pour le deuxième choix risquent de perdre le contrôle de la situation. Parce qu’ils traitent une séance d’entraînement comme s’il s’agissait d’un combat pour le titre, ils ont plus de chances de tirer cet élastique jusqu’au point de rupture, ce qui signifie potentiellement se blesser eux-mêmes ou leur partenaire.

Adapter son entraînement

Le contrôle de l’ego s’étend à savoir quand ne pas se battre. Pour ceux qui ont subi une blessure, le meilleur remède est de se reposer et de ne pas combattre avec quiconque lorsque vous êtes dans les premières étapes de la récupération d’une blessure majeure. Au lieu de cela, vous devriez assister aux cours, prendre des notes et apprendre des autres. Lorsque vous avez terminé votre rééducation et que vous retournez sur le tatami, il est important de prendre les choses lentement. Si votre corps n’est pas à 100%, vous ne devriez pas essayer de vous entraîner à 100%.

Évitez les positions qui pourraient aggraver la blessure. Par exemple, si votre bas du dos est blessé, évitez la montée sur le dos et la garde fermée. Évitez de faire le pont depuis la monte, si vous êtes en dessous. Si vous avez une blessure au cou, ne tentez pas de vous appuyer sur la tête pour éviter de vous faire rouler. Si vous avez une blessure à l’épaule, glissez votre bras blessé dans votre ceinture pour pouvoir rouler plus facilement et éviter de chercher instinctivement à vous appuyer avec votre bras blessé.

Peut-être plus important encore, assurez-vous d’être à l’aise avec votre partenaire. Cela signifie deux choses. Premièrement, vous devriez envisager de faire des combats avec quelqu’un qui est soit de taille similaire à la vôtre, soit légèrement plus petit. Deuxièmement, cela signifie vous assurer que votre partenaire est quelqu’un avec qui vous avez une bonne relation pour vous assurer que les choses ne deviennent pas trop agressives.

Enfin, n’oubliez jamais ce que le grand-père de Rener, Helio Gracie, demandait fréquemment à ses élèves : « Quand une session de sparring est-elle une question de vie ou de mort ? »
La réponse : Jamais.

Laisser un commentaire