Gi et No-Gi JJB, quelles sont les différences ?

11421
0
Partager sur les réseaux :

Les pratiquants de Jiu-Jitsu brésilien ont tous des préférences différentes sur la façon dont ils préfèrent combattre. Ce qu’ils portent pendant l’exercice définit généralement cela. Le Gi et le No-Gi sont les deux principaux styles d’entraînement.

Différents mais similaires

bjj open guard

Le sport du Jiu-Jitsu brésilien est intéressant car l’entraînement dans un environnement Gi ou No-Gi peut être distinct mais identique. Tout d’abord, définissons ce que nous entendons par « Gi » et « No-Gi ». Le Gi, pour être précis, est une tenue typique du JJB. Il est généralement porté par divers arts martiaux anciens en Orient et a ses racines au Japon. Le Gi, qui signifie « robe ou vêtement » en japonais, se compose généralement d’une veste en coton épais, d’un pantalon à cordon renforcé et d’une ceinture qui indique le rang.

Le Gi peut est souvent appellé Kimono, en particulier dans des pays comme le Brésil. Donc, pour faire simple, le GI signifie pratiquer le Jiu-Jitsu brésilien avec un kimono. Le No-Gi d’autre part, signifie s’entraîner sans l’utilisation de l’uniforme traditionnel. La plupart des gens utilisent des rash guard lors de l’entraînement No-Gi car il n’entrave pas la mobilité pendant l’entraînement, ainsi qu’un short. 

Fondamentalement, le Gi et le No-Gi sont relativement similaires. Vous combattez toujours pour atteindre une position dominate ou pour soumettre votre adversaire. Si vous concentrez votre JJB sur les mécaniques corporelles appropriées, vous devriez avoir un jeu puissant, que vous portiez un Gi ou un rash guard. 

Différences clés – Les façons d’attaquer et de défendre

Les attaques basées sur Gi dépendent de l’utilisation du kimono pour contrôler ou déployer une attaque. Comme le Gi fournit des points de contrôle supplémentaires, établir et faire lâcher les grips est une composante primordiale dans le JJB en GI. Regardez l’extrait vidéo de la légende américaine du JJB Rafael Lovato Jr..

Un exemple de position basée sur le gi est le spider guard (ou garde araignée). La spider guard est une garde ouverte dans laquelle vous contrôlez les bras de votre adversaire avec vos bras et vos jambes. Pour commencer, saisissez chaque manche de la veste gi de votre adversaire et placez la plante de vos pieds dans le pli entre ses biceps et ses avant-bras.

Une fois que vous avez établi les contrôles initiaux de la spider guard, il est crucial de déplacer votre corps de l’autre côté, afin que vous puissiez ajouter une autre dimension de contrôle en utilisant la position de votre corps. Décalez-vous sur le côté avec votre jambe inférieure pliée, la jambe supérieure tendue vers le haut et le coude haut en contact avec votre genou.

Les gardes spécifiques au Gi comme la spider guard peuvent signifier plus d’options de contrôle pour ceux qui préfèrent se concentrer sur cet aspect du JJB. C’est également le cas pour les soumissions, en particulier lorsqu’il s’agit d’étranglements avec le revers du kimono (lapel).

No-Gi BJJ, d’autre part, offre des sensations beaucoup plus dynamiques. Le rythme est généralement plus rapide en raison des du peu de prises disponibles. Cela signifie que vous devez être plus actif dans le contrôle de votre adversaire. Cela peut également signifier que même si la technique est toujours reine, être athlétique dans le grappling No-Gi peut grandement bénéficier à votre jeu.

L’un des plus grands avantages du No-gi JJB est sa similitude avec l’aspect grappling des arts martiaux mixtes. Il vous enseigne la domination positionnelle sans dépendre du Gi pour contrôler votre adversaire. Si vous vous entraînez au MMA, ajouter le No-Gi JJB à votre plan d’entraînement est indispensable.

Différences clés – Les règles

En termes d’ensembles de règles, le JJB GI a plus de restrictions, en particulier dans le contexte de l’IBJJF. L’IBJJF limite l’utilisation des attaques basées sur les jambes que vous pouvez utiliser dans les compétitions en kimono. Cela signifie que les compétitions en Gi ne sont généralement pas aussi dynamiques que celles en grappling No-Gi. Le rhytme est également plus lent car le Gi a plus d’options de contrôle comme indiqué précédemment, ce qui mène plus souvent à des blocages de jeu.

Le règlement en No-Gi est moins strict car plus de leglocks (clés de jambes, talons, chevilles, genoux, tout ce qui est lié aux jambes) sont autorisées en compétition (IBJJF ou autre). Depuis 2021, les compétitions adultes ceinture marron et noire autorisent les clés de talon et les clés de genou, incluant les torsion de genou (knee reaping). Cet ensemble de règles crée un environnement où le mouvement est plus ouvert est les opportunités d’attaque plus nombreuses. La même chose peut être dite pour les ensembles de règles de style ADCC où pratiquement toutes les soumissions sont autorisées.

Se spécialiser mais s’entraîner dans les deux disciplines

Les deux styles d’entraînement présentent des avantages – le GI vous apprend à toujours travailler sur les prises et à rester technique dans toutes les positions. Le No-Gi vous apprend à ne pas être trop dépendant des grips du kimono car ils ne seront pas disponibles tout le temps. Il n’est pas faux de se spécialiser dans un style plutôt qu’un autre si c’est ce que vous aimez.

Disons que vous préférez Gi JJB, ce que vous pouvez faire, c’est  le prioriser pendant la majeure partie de votre semaine d’entraînement. Essayez d’inclure au moins 1 jour d’entraînement No-Gi pour mélanger les choses, garder les choses équilibrées, au final, le grappling reste toujours du grappling. S’entraîner dans les deux styles conjointement vous aidera certainement à améliorer votre jeu global.

Dernières notes

Il est important de comprendre que ces 2 styles sont tous les deux du Jiu-Jitsu Brésilien. Les deux sont des formes incroyablement efficaces d’autodéfense. Les deux sont également d’excellents moyens d’améliorer votre confiance en soi.

Quoi que vous choisissiez, assurez-vous de vous entraîner avec l’intention de développer un jeu bien équilibré. Comprenez qu’il faudra toute une vie pour apprendre toutes les techniques du JJB, alors donnez la priorité au développement de votre propre jeu qui implique le meilleur de ce que le Gi et le No-Gi BJJ peuvent proposer.

De plus, pendant que vous travaillez dur, n’oubliez pas de vous amuser pendant que vous êtes sur les tapis. De cette façon, vous avez plus de chances de profiter et de continuer à vous entraîner aussi longtemps que possible !

 

Partager sur les réseaux :

Laisser un commentaire